Essai Fiat Ducato 115 Multijet

Publié le 04 Novembre 2011

Le Ducato 5ème du nom s’offre une nouvelle cure de jouvence avec pas moins de quatre nouvelles motorisations aux normes euro 5, dont un 2 litres de 115 ch affichant les valeurs moyennes record pour la catégorie de 6,4 litres aux 100 km et 169 g/km de CO2

On ne présente plus le Ducato. Cet utilitaire, décliné aussi chez PSA sous les noms de Peugeot Boxer et Citroën Jumper, truste depuis des décennies, au travers ses différentes générations, le podium des meilleures ventes européennes de son segment. Sa botte secrète, c’est d’abord un style fort, moderne et obtenu sans faire de concession sur les aspects pratiques. Avec ses parois verticales par exemple, il dégage un maximum de volume utile et s’avère pratique pour l’adaptation d’aménagements spécifiques.

Le 2.0 litres du Doblo

Le 2.0 Multijet 115 ch qui équipe cette nouvelle version de Ducato n’est pas tout à fait inconnu. Il s’agit en fait du moteur qui officie déjà sous le capot du Doblo Cargo 2.0 Multijet et certains véhicules de la gamme VP du constructeur transalpin. Par rapport au précédent 2.2 100 ch qu’il remplace, il offre 15% de puissance en plus et 12% de couple supplémentaire, tout en émettant 13% de moins de CO2, se traduisant par une consommation mixte très basse de seulement 6,4 l/100 km. La baisse de cylindrée a par ailleurs permis de réduire le poids du moteur (180 kg), ce qui a une répercussion bénéfique sur la charge utile. Quant aux intervalles de maintenance, ils sont fixés à 48 000 km. A noter qu’à l’instar du bloc 3 litres, ce 2 litres possède une distribution par chaîne, quand le 2.3 litres voit sa distribution commandée par courroie crantée.

Injection Multijet II

L’appellation Multijet II cache plus qu’une simple coquetterie marketing, puisqu’elle signale l’utilisation d’une nouvelle rampe d’injection de carburant haute pression à 1800 bars (contre 1600 précédemment) et de nouveaux types d’injecteurs plus rapide permettant une pulvérisation encore plus fine du carburant. Cette technologie permet une meilleure combustion, moins de bruit et des émissions de particules et d’oxydes d’azote (NOx) réduites.  Ne reste plus qu’un « Start&Stop » pour que le tableau soit complet… Raté ! Ce système de coupure et redémarrage automatique du moteur dans certaines conditions de circulation (embouteillages, feux tricolores, etc.) est disponible sur le moteur 2.3 Multijet, mais pas sur le 2 litres d’entrée de gamme. Il est vrai que même sans cet équipement, celui-ci passe les normes de dépollution haut la main. Ceci expliquant cela…

Souple et discret

Contact tourné, on remarque la discrétion de la mécanique. Les premiers tours de roues confirment la chose, de même que l’absence presque totale de vibrations. Une fois lancé, ce Ducato fait preuve d’une belle souplesse. Certes, ce n’est pas une machine de guerre, mais il fait correctement son travail. Les relances sont régulières et l’étagement de boîte, pourtant assez long à partir du 3ème rapport, ne pénalise pas cet exercice. Plus étonnant encore : il est possible, même en charge, de démarrer sans difficulté sur le second rapport, ce qui en dit long sur l’élasticité de cette mécanique. Nous avons relevé 7,8 litres aux 100 km à l’ordinateur de bord. Une valeur remarquable qui confirme la sobriété de cette mécanique même lorsqu’elle est sollicitée sans trop de ménagement comme ce fut le cas lors de notre essai.

Habitacle revu

Fiat a aussi revu en profondeur la partie centrale de la planche de bord, qui peut désormais accueillir le socle de branchement du GPS Tom Tom « my port ». La présentation générale évolue aussi au niveau des couleurs, notamment celle des contre-portes qui adoptent une teinte contrastée par rapport à celle de la planche de bord. Pour le reste, on retrouve les points forts d’un habitacle que l’on connaît bien, riche en espaces de rangements : compartiment central fermant à clé, boîte à gants réfrigérée, pince à bloc-notes, banquette passagers avec dossier rabattable formant tablette, etc.

Bilan

Le Ducato 115 Multijet n’est pas sous motorisé et ses coûts d’exploitation sont réduits. De fait, il est bien adapté à notre marché. On privilégiera cependant cette motorisation 2 litres pour une utilisation urbaine ou péri-urbaine, où elle donnera satisfaction. Mais pour les trajets au long cours ou l’utilisation en zones montagneuses, le 2.3 Multijet (130 ou 150 ch) reste de loin le mieux adapté. Le choix sera donc simple à faire selon l’utilisation que vous faites de votre utilitaire !

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les autres motorisations

Au-dessus du 2.0 115 ch d’entrée de gamme essayé dans ces pages, Fiat Professional propose trois autres offres moteur sensiblement revues : 2.3 Multijet 130 ou 150 ch, et 3.0 180 Multijet Power.

2.3 130 Multijet : conçu pour une utilisation mixte ville – route, ce moteur a vu sa puissance augmenter de 10 ch (soit +8%) et ses consommations baisser de 9%, avec un mixte de 7,1 l/100 km et 186 g/km de CO2. Le couple ressort à 320 Nm (32,6 mkg) à 1800 tr/min. Son turbo est de type à géométrie fixe et il dispose d’un nouveau système EGR de recirculation des gaz d’échappement à commande élecronique.

Ce moteur peut être équipé d’un système de coupure et redémarrage automatique du moteur (Start&Stop) dans les embouteillages et aux feux. Les intervalles de maintenance maxi passent de 45 000 à 48 000 km.

2.3 150 Multjet : cette version reçoit un turbo à géométrie variable. La puissance est de 148 ch (109 kW) à 3 600 tr/min et le couple de 350 Nm (35,7 mkg) dès 1500 tr/min. Les consommations et émissions de CO2 sont identiques au 130 ch. Les intervalles de révision sont fixés à 48 000 km et le dispositif « Start&Stop » est disponible.

3.0 180 Multijet Power : Il s’agit du moteur le plus puissant, avec 177 ch (130 kW) à 3 500 tr/mn et un couple maximum de 400 Nm (40,8 mkg) à 1 400 tr/mn. Par rapport au précédent moteur de 157 ch Euro 4 trois litres, la puissance est de 13 % supérieure, ce qui en fait le moteur 4 cylindres le plus performant de sa catégorie.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Fiche technique Fiat Ducato 115 Multijet MH2

Moteur

4 cylindres en ligne 1956 cm3

Diesel à injection directe Common Rail

Puissance : 115 ch (85 kW) à 3700 tr/mn

Couple : 280 Nm (28,5 mkg) à 1500 tr/mn

Transmission : boîte mécanique 5 rapports

Suspensions

Train avant : Indépendantes à jambes de force Mc Pherson

Train arrière : Rigide avec ressorts à lames paraboliques

Diamètre de braquage (entre trottoirs) : de 11 m (emp.1) à 14,2 m (emp.4)

Freins

ABS

Avant : disques

Arrière : tambours

Roues

Pneumatiques : 215/70 R15 C

Performances

Vitesse maxi : 140 km/h

Consommations

Mixte : 6,8 l/100 km

CO2 : 179 g/km

Capacité réservoir : 90 litres

Dimensions extérieures

Longueur : 5413 mm

Largeur : 2524 mm (sans retro)

Hauteur : 2050 mm

Empattement : 3 450 mm

Dimensions intérieures

Longueur utile maxi : 3120 mm

Largeur utile maxi : 1870 mm

Hauteur utile maxi : 1932 mm

Passage de roues : 1422 mm

Seuil de chargement : 524 mm

Volume utile : 11,5 m3

Poids

PTAC : 3500 kg

Prix

A partir de 22 500 € HT environ

 

Par Jérôme Guet – Photos DR

Galerie d'images

Posté le 05/08/2013 par karakal
RECTIFICATION : Non ,le moteur 2,0D 115 multijet n'a pas une chaîne de distrib. , c'est un double arbre à cames turbo entrainé par une courroie . Ce moteur est aussi monté dans un modèle alfa rommeo du groupe.
Posté le 11/01/2014 par danfer19
bonjour, je suis en possession d un cc fiat ducato moteur euro 5 150ch j ai 16000km il a deux ans . vous dites que les vidanges sont a faire tout les 48000km donc je peus attendre merci de répondre.
Posté le 22/09/2014 par remy46
Bonjour à tous Pour avoir conduit cet utilitaire la semaine dernière sur 1300km d'autoroutes (650km à vide, 650km avec environ 200kg de charge), et 100km de routes, je peux vous dire que ça a été une séance de torture ! Moteur qui braille (forcément à 120 on est déjà à 3000trs, avec mon petit 1.6tdi je suis à 160 à ce régime...!) à cause de la boite ultra-courte (inadaptée), conso moyenne 9L en utilisant le régulateur (conso instantanée à 20L pour maintenir 110 dans les faux-plats montants) sur autoroute, et pied très très léger sur route. Moi qui pensait que plus un moteur était gros, plus il pouvait tourner bas dans les tours, ce Ducato m'a prouvé le contraire !